raceroom experience

    Partagez
    avatar
    CRT Ghost88

    Messages : 154
    Points : 222
    Réputation : 0
    Date d'inscription : 25/12/2016

    raceroom experience

    Message par CRT Ghost88 le Lun 26 Déc - 11:44




    Les écrans de chargement nous tiennent au courant des nouveautés.

    Oui, un peu plus d’une année après avoir essayé pour la première fois RaceRoom Racing Experience, R3E pour les intimes, revenons un peu sur l’avancée de ce « nouveau » titre de Simbin. Mais pourquoi m’attarder là dessus alors qu’il reste encore sur quelques forums des traces de moi qualifiant ce jeu de « belle merde » ?? Ces derniers temps, pas mal de changements ont eu lieu chez les suédois de Simbin, à tel point qu’il faut maintenant les appeler Sector 3 Studios, pour l’instant entièrement consacrés au développement de R3E. Il y a quelques semaines sortait le pack DTM Experience, comprenant les trois châssis 2013 du championnat de tourisme allemand (BMW, Audi et Mercedes), alors que cette semaine annonçait la version alpha du futur mode online de R3E. Il est donc grand temps de constater l’avancée des travaux. Alors peut-on parler de test pour quelque chose qui n’est finalement pas un jeu à part entière, mais plutôt une démo upgradable ?? C’est ce que nous allons voir.

    Alors, simulation ou pas ??



    La vue intérieure est bien évidemment présente, et le tableau de bord peut indiquer plusieurs données utiles.

    Moins réaliste qu’un iRacing au niveau de la conduite, moins axé sur sa communauté qu’un Assetto Corsa, moins beau graphiquement qu’un Project Cars, R3E semble perdu dans le monde du simracing moderne. Pourtant il est bel et bien présent, et il va bien falloir lui trouver une place. Téléchargeable gratuitement sur la plateforme Steam, RaceRoom nous propose sept voitures pour deux petits circuits, dont une course de côte. C’est sûr que si on veut rester dans la gratuité, on aura vite fait le tour, car bien qu’il soit possible de rajouter pas mal de contenu (achat de voitures et de circuits à la pièce), R3E ne dispose pas comme un Simraceway d’un système de gain de crédits en fonction du temps de jeu. Si vous voulez de la nouveauté, peu importe votre fidélité au titre, il va falloir passer à la caisse, et actuellement, c’est plus de 80€ de contenu disponible si vous voulez avoir l’intégralité des voitures et des circuits, ça commence à faire beaucoup. Alors cela en vaut-il la peine ?


    Une fois sorti du cockpit, même pas un compte-tours, seulement le rapport engagé.
    Dans des menus plutôt bien présentés, il est assez agréable de naviguer entre les différentes options pour se faire ses propres réglages. Pour les moins pointilleux ou les non habitués, on peut déjà constater la présence d’une petite communauté qui fait qu’il est assez simple de trouver des réglages tous prêts, il ne reste plus qu’à poser ses roues sur la piste. Et c’est là que Simbin, ou plutôt Sector 3 Studios comme il faut les appeler dorénavant, commence à nous dévoiler ses ambitions : c’est un free-to-play, et on cherche bien à attirer un public de toutes les classes. Pour les débutants absolus, des aides au pilotage presque ridicules rendront la conduite complètement immunisée contre toute forme de crash : du classique passage de rapports automatique en allant jusqu’au freinage automatique, le mode novice ne demande qu’a tourner le volant à peu près au bon moment pour faire un tour de circuit, impossible de partir en glisse. En revanche, le mode « get real », à savoir le mode le plus orienté simulation, pourra en surprendre plus d’un, avec au final un certain temps d’adaptation avant d’avoir le ressenti nécessaire à boucler un tour sans erreur.



    C’est bien présenté, mais pas très utile dans certains cas. La démultiplication des rapports de boite, c’est sympas, mais ça n’aide pas à l’étager.

    Au bout d’un certain temps avec la voiture, on commence même à apprécier sa conduite, à essayer de trouver ses limites, et on se dit qu’en passant en peu plus de temps dans les réglages, que ce soient ceux du volant ou de la voiture, on pourra peut-être frôler le tour parfait, à la recherche du moindre millième !! Mais il est là le problème… Quoi qu’on fasse, il manque toujours ce petit truc, le petit grain de ressenti qui vous fera immédiatement tilter lors d’un blocage de roues sur un freinage un peu fort, qui vous annoncera une roue un peu rebondissante sur une courbe bosselée. Sans parler de flou dans la direction, on a tout de même du mal à imaginer ce que donnerait une course de plusieurs heures avec un tel ressenti, et on touche du doigt la réelle différence entre la pure simulation et le coté arcadien du simple jeu de voitures. Certaines incohérences sont d’ailleurs là pour accentuer ce doute, comme par exemple la page de réglages de la voiture, qui peut paraître plutôt bien fournie au premier abord mais dont il manque quelques points essentiels, comme un graphique d’étagement de la boite de vitesse, l’angle de braquage, le réglage de l’antipatinage incompréhensible… Même sur la piste on se rend compte qu’à vouloir épurer l’écran, il en manque des informations essentielles, pas moyen d’avoir un compte-tours. Là où GTR2 et rFactor proposent une foule de données à analyser, un problème de comportement de la voiture dans R3E ne saurait être résolu.

    « C’est loin mais c’est beau hein !! »

    Jacques n’a pas tout à fait tord. Ce n’est pas si loin que ça d’une vraie simulation, et peut-être que la qualité artistique pourra faire oublier à certains cette graine de passion qu’il manque à RaceRoom pour en faire le successeur de GTR2 et rFactor. En effet, graphiquement, même si nous ne sommes pas au niveau d’un Project Cars dont la qualité graphique est le principal argument, R3E est au moins au niveau d’Assetto Corsa, ce qui n’est quand même pas rien, et qui suffit à satisfaire le plaisir des yeux. D’autant plus que la présence dans les menus du Centre Media vous permet une bonne gestion de vos vidéos et captures d’écran, avec possibilité de partager tout cela avec la communauté. Les plus pointilleux comme moi noteront quand même un léger flottement de la voiture au dessus du bitume, ainsi que des ombres et des définitions de skin plutôt faibles, mais il faut vraiment zoomer pour s’en apercevoir. Autre petit effet assez désagréable pour ceux qui voudraient s’adonner à leurs plus beaux screenshots, l’effet de flou dynamique pour le décor est géré pendant la lecture de la vidéo, ce qui donne un très bel effet pendant le mouvement, mais dés que l’on met la pause pour orienter sa caméra et prendre une photo, toute l’image redevient nette et enlève cet effet de vitesse.



    Le Centre Media permet de belles prises de vues…

    …mais il ne faut pas trop zoomer non plus.

    Et le multi alors ??


    Pour l’instant, le lobby n’offre pas beaucoup de possibilités.

    Et oui, le propre de toute simulation sportive est bien le mode multijoueur. Il est enfin arrivé sur RaceRoom, il est en version alpha, et c’est bien de le préciser. Arrivé sur le lobby, on n’est pas perdu dans les options. Une liste de channels que l’on peut rejoindre à la simple condition d’avoir la bonne voiture et le bon circuit, un bouton rejoindre, et c’est tout. Pas de possibilité de tri, de filtre, rien… On a bien dit que c’était une version alpha !! Cela dit, la liste est assez longue pour y trouver tous types de circuits avec tous types de voitures, des sessions qui tournent en boucle de manière à toujours trouver un endroit où rouler, et ainsi participer à des petites courses dont le seul défaut n’est finalement que le public visé, puisqu’il mélange quelques simracers venus jouer les premiers rôles avec des novice tout droit sorti de Need For Speed qui ne comprennent pas encore l’intérêt d’une course propre et trouvent plus rigolo de foncer dans les gens, mais, GTR2 à connu ça autrefois. Peut-être RaceRoom est-il là pour faire la transition entre les fous de l’arcade et les puristes de la simulation ?? Peut-être qu’à force de développement, une solide communauté se créera autour du tant attendu successeur de GTR2 ?? Ou peut-être qu’il tombera dans l’oubli tel un GTR-Evo (lol) ou un Race 07 (re-lol), et que l’avenir de la simulation se trouve chez Kunos. Pour l’instant, Sector 3 Studios reste comme à son habitude très discret quant à la tournure qu’il compte faire prendre à son nouveau protégé. Le modding sera-t-il ouvert ?? Des ligues pourront-elles se développer et organiser les évènements internationaux que nous pouvions vivre avec GTR2 et rFactor ?? Là où Assetto Corsa ou rFactor 2 tentent de rassurer les simracers, Simbin préfère toujours rester dans le secret, et bien souvent cela déçoit.

    Pour résumer :

    On ne peut pas vraiment dire que j’ai changé d’avis par rapport à l’année dernière, mais je serai tout de même plus mesuré. Même si c’est très lent, du progrès a été fait. Le potentiel est là, j’ai pris du plaisir à tester de nouveau ce jeu, mais il reste très très loin d’un bon titre de simulation qui pourra rassembler sur une même épreuve les meilleurs pilotes du monde entier. Espérons que le nouveau statut de Sector 3 et le développement du mode online fasse encore avancer les choses.


      La date/heure actuelle est Lun 25 Sep - 17:01